Réglementation du ramonage de cheminée : les points à connaître

Ramonage de cheminée

Ramoner sa cheminée est une activité obligatoire, des sanctions sont en effet possibles si la réglementation n’est pas respectée. Opération qui consiste à enlever les suies et divers dépôts du conduit intérieur de la cheminée grâce à sa paroi intérieure et régulièrement effectué, le ramonage évite le risque d’incendie du conduit de cheminée ou encore d’intoxication au monoxyde de carbone.

Il est clairement énoncé à l’article 31 du règlement sanitaire départemental les conditions de ramonage des cheminées. Les cheminées « doivent être maintenu[e]s constamment en bon état d’entretien et de fonctionnement et ramonés périodiquement en vue d’assurer le bon fonctionnement des appareils et d’éviter les risques d’incendie et d’émanations de gaz nocifs dans l’immeuble, ainsi que les rejets de particules dans l’atmosphère extérieure ».

I – Mais à quelle fréquence doit-on avoir recours au ramonage de sa cheminée ?

En pratique, la réglementation applicable se fait au niveau local grâce à un arrêté préfectoral ou départemental. Présentes dans le règlement sanitaire départemental de la commune où vous résidez, vous vous pouvez les consulter en mairie. Généralement, il prévoit un ramonage par an bien que la réglementation locale oblige souvent deux ramonages par an dont l’un doit avoir lieu durant la période de chauffe.

Opération effectuée par un professionnel généralement, il est conseillé d’avoir recours à ses services au moins une fois par an afin de s’assurer d’un ramonage dans les normes et bien effectué qui réduit les risques encourus.

Concernant les bûches de ramonage, celles-ci ne sont pas valides selon la loi pour effectuer un ramonage. En effet, elles peuvent présenter des désavantages contraignants pour votre cheminée. Son action ne remplace pas celle d’un professionnel puisqu’en plus ce type de nettoyage n’enlève pas les déchets les plus conséquents. Nous vous conseillons donc fortement de faire appel à un professionnel à la place.

II – Le certificat de ramonage

Suite au ramonage, le ramoneur doit vous remettre un certificat de ramonage (que vous soyez occupant ou propriétaire) ce qui atteste que le ramonage a bien été effectué. Veillez donc à bien conserver ce document. Ce certificat pourra être présenté en cas de sinistre à votre assureur pour vérifier si le sinistre n’est pas dû à un défaut d’entretien et permettra de prouver votre respect de l’obligation d’entretien.

Tous nos conseils pratiques
Par | 2019-02-27T14:43:30+00:00 dimanche 7 octobre 2018|Entretenir|

Laisser un commentaire